PALMARÈS DES PROGRAMMES


PRIMAIRE

Palmarès 2016-2017

DÉCORS ET DES CORPS

UN SUPER-HÉROS TOUT EN HAUT !.

Léo a gagné contre l’homme au visage cassé. Léo a vaincu sa maladie. Léo remporte aussi la Palmarès CinéJeunes 2016-2017 Décors et des corps ! .

Phantom Boy qui mélange deux histoires qui se recoupent subtilement : une intrigue policière et un drame personnel, a réussi à susciter l’adhésion des élèves. Le suspens, la volonté de sauver New-York d’un côté ; l’empathie et la gravité d’un enfant atteint d’une lourde maladie de l’autre ont été deux socles forts qui font de Phantom Boy un grand film. Les élèves ne s’y sont pas trompés. Il remporte le palmarès CinéJeunes avec 38 % des voix. Les écoles de Vendée ont plébiscité le film à plus de 57 %, à 42 % à Saint-Brevin-les-Pins, à 37% à Bressuire et à 35 % en Bretagne.

En deuxième position, Le Chant de la mer atteint 32 % des votes. Gagnant à Issoire et à Sablé-sur-Sarthe, ce film a énormément ému les élèves. Les émotions suscitées par le film sont au cœur même de la mise en scène puisque dans l’histoire, l’un des personnages les enferme dans des bocaux. Contrairement à la sorcière Macha, les spectateurs libèrent et éprouvent leurs émotions et comprennent leur importance devant cette belle histoire. .

Tout en haut du monde remporte 19 % des votes. Ce film d’aventure qui met en avant le courage d’une jeune fille a émerveillé par ces beaux dessins qui font ressortir la puissance des paysages enneigés. ,

Quoique, plus compliqué pour les élèves, Lamb n’a pas été rejeté. Le film « curiosité » de l’année remporte un honorable 11 % des suffrages (avec un joli 17.5 % à Bressuire) . Malgré une narration plus ouverte, un rythme lent et des scènes fortes en émotions, Lamb a su se laisser apprivoiser par les élèves. Ils ont compris qu’un film sérieux et grave contenait des aspects cinématographiques originaux et insoupçonnés qui le rendait passionnant une fois qu’ils sont repérés.

PRIMAIRE

Palmarès 2015-2016

SANS MOT DIRE

LES LUMIERES ETERNELLES DE CHAPLIN !.

C’était en noir et blanc ; et alors ! Le film était muet ; pas grave ! Il est sorti en 1931 ; m’en fiche ! Il y avait des cartons explicatifs à lire pendant tout le film ; pas gênant ! .

La grandeur du film Les Lumières de la ville a su lever les quelques a priori qu’il est logique d’avoir lorsque l’on n’est pas habitué à voir un film muet. Charlie Chaplin a suscité un enthousiasme et une curiosité quasi-unanime chez les élèves qui se sont emparés du personnage de Charlot. La précision des gags, le langage du corps, l’intensité de l’histoire et des sentiments sont des éléments qui traversent le temps lorsqu’ils sont si intelligemment joués et brillamment mis en scène. Les Lumières de la ville, qui n’est pourtant pas le film auquel on pense en premier lorsque l’on évoque le cinéma de Chaplin avec des enfants, remporte le palmarès CinéJeunes 2015-2016 avec plus de 42 % des votes. Il est le grand vainqueur à Sablé-sur-Sarthe, dans les écoles de Bretagne, de la Sarthe, atteignant même plus de 58 % en Vendée.

L’humour exigeant, basé sur le langage des images, a décidément été à l’honneur puisque Minuscule, La Vallée des Fourmis Perdues arrive deuxième du palmarès avec 29 % des votes. Les gags visuels et sonores, les multiples références et l’originalité des images ont énormément plu. A Bressuire et Saint-Brevin-les-Pins, la coccinelle remporte même la course puisqu’elle arrive première.

Très proche sur le podium on trouve Amazonia. Avec 22 % des voix, ce film qui présente les sublimes paysages d’Amazonie et la richesse animale et végétale de la forêt a reçu un accueil très favorable de la part des enfants. Ces rencontres avec de drôles d’animaux, cette aventure parfois dangereuse et ce petit singe qui tire la langue à l’anaconda resteront gravés dans la mémoire des élèves pour longtemps. A Issoire, Amazonia arrive même en première position. ,

Malgré sa dernière place et son score de 7 % Le Garçon et Le Monde a donné lieu aux animations les plus studieuses. Si les enfants n’ont pas tout compris – le réalisateur bouleverse volontairement la logique – ils ont eu vraiment envie de percer le mystère de ce film. Après avoir réalisé qui étaient les trois garçons, après avoir remis l’histoire dans l’ordre chronologique et après avoir compris que l’histoire était vue dans l’imaginaire d’un très jeune garçon, les élèves ont pu se rendre compte qu’un film pouvait raconter autrement une histoire.

COLLEGE

Palmarès 2015-2016

PIXAR AU PROGRAMME

Pour la première fois depuis la création du palmarès CinéJeunes, l’année s’achève sur une égalité. Deux films en tête ? Non trois ! Monstres & Cie, Wall-E et Là-Haut obtiennent 31 % des votes. Décroché Toy Story ne récolte que 7% des suffrages des jeunes.

Mais au-delà des résultats, l’année autour des films Pixar a été une véritable réussite ! L’intérêt pour ces films, qui n’étaient pas des découvertes, a démontré le désirdes collégiens de revoir des œuvres qui les suivent depuis l’enfance et la volonté de les comprendre autrement. Plutôt que de mettre ces films de l’enfance au placard - ou dans le coffre à jouets comme le fait Andy avec son cow-boy Woody –les adolescents ont préféré grandir avec eux. Envisager différemment, avec plus de maturité, la signification des scénarios complexes et la force de la mise en scène, discrète mais ciselée. L’idée reçue, malheureusement trop rependue, qu’un film d’animation n’est destiné qu’aux enfants a été sévèrement balayée. A la place, des interrogations sur l’enfance, l’humanité et la place de la technologie sont apparues, permettant des discussions riches et étonnantes. L’abstraction, au cœur pourtant de films enfantins, est devenue une évidence pour les jeunes.

Les significations symboliques de l’usine Montres & Cie, du voyage de Monsieur Frederiksen « là-haut », de l’histoire entre Wall-E et Eve et même de la célèbre phrase « Vers l’infini et au-delà » n’auront plus la seule portée amusante et gratuite mais seront liés à des questions plus profondes, portées par le studio Pixar tout entier.

PRIMAIRE

Palmarès 2014-2015

TON CONTE EST BON

Cette année, les votes ont été très serrés et diversifiés ! Pour une fois, les résultats varient d’une ville à l’autre ; d’un établissement à l’autre ; d’une classe à l’autre…

Le vainqueur CinéJeunes 2015-2016 s’appelle La Véritable Histoire du Petit Chaperon Rouge. L’humour décalé, le détournement du conte, l’originalité de la structure comportant de nombreuses surprises et le rythme soutenu a su séduire les élèves. Il est vainqueur dans 38 % des établissements bretons et remporte les suffrages à Issoire avec 53 % des voix. Arrivant à une surprenante deuxième place, L’Enfant Lion a prouvé qu’il fascinait toujours autant les élèves de 2015. Le thème de l’esclavagisme et le rythme plus contemplatif n’ont pas freiné l’enthousiasme. Les élèves « ont été séduits par cette esthétique plus lente (…) par les images, les beaux paysages africains, une histoire d’amitié entre un enfant et une lionne. C’est un film magique qui parle de mysticisme et ils ont adoré » explique Gaëlle Rousière, animatrice à Bressuire où le film sort vainqueur.

Malgré le doute qu’il pouvait susciter, notamment chez les élèves de CM1-CM2, Ernest & Célestine a réussi à prouver que derrière la douceur des dessins et de l’histoire, se cachait un film complexe qui s’adressait à tous les niveaux. Que la simplicité était une porte ouverte à l’imagination, à la transmission de sensations et même à l’abstraction. Il figure à la troisième position.

S’il termine quatrième, Zarafa n’a pas pour autant été rejeté. L’histoire, aux liens étroits avec L’Enfant Lion, a beaucoup fait rire et a ému parfois. Trop sans doute ! Zarafa sort pourtant vainqueur à Sablé-sur-Sarthe et gagne dans 13 % des établissements bretons !

COLLEGE

Palmarès 2014-2015

LE CINEMA DES FRERES COEN

La première sélection autour de quatre films de mêmes auteurs a fait ressortir l’aspect comique du cinéma des frères Coen. Ce sont les films qui jouent pleinement cette carte qui ont suscité l’enthousiasme des collégiens. Si les autres n’ont pas été pleinement appréciés, le travail d’analyse a permis de mettre en avant la cohérence des films tant dans les thèmes que dans la forme.

Grand vainqueur The BigLebowski, grande farce burlesque et nihiliste, fortement ancrée dans le genre du polar qui ne cesse de tourner à vide, prouve que son aura ne cesse de se répandre. Le voyage autour de Los Angeles et du cinéma hollywoodien à travers les yeux ahuris du Dude, personnage le moins ambitieux du cinéma mais certainement le plus sincère, fait un véritable strike !

Jugé comme un film mineur, Ladykillersa pourtant remporté un franc succès. La mise en scène de la bande de losers cartoonesques, la richesse de langage, la peinture de la vacuité teintée d’une ironie mordante moins légère qu’elle ne paraissait a été réévaluée par les participants. En dépit d’un casting alléchant et d’un personnage de l’âge des spectateurs, TrueGrit n’a que moyennement séduit les collégiens qui ont surtout évoqué le manque de rythme. Pour beaucoup, ce film était la première expérience de western.

Enfin, le pari Inside Llewyn Davis s’est révélé trop risqué. Ce film, programmé en fin de cycle, a été rejeté par l’ensemble des jeunes spectateurs qui n’ont pas été sensibles à la dure semaine vécue par le personnage principal, porté par une mise en scène volontairement austère et répétitive.

PRIMAIRE

Palmarès 2013-2014

MON COPAIN EST DIFFERENT

Cette saison, les films abordent la question des différences dans l’amitié. Être ami avec un petit garçon sauvage, un chien revenu de la mort, un choucas ou un dragon des mers n’est pas de tout repos. Les enfants qui tissent un lien avec ces drôles d’amis en feront l’expérience en affrontant le refus des parents et les regards moqueurs et intolérants.

Ces amitiés singulières ont aussi la particularité de parler du deuil. Thème sous-jacent à ces quatre films, cette seconde thématique occupe une place indéniable. La rencontre avec un « autre différent » permet de comprendre ce que représente la mort pour des enfants. Les personnages portent ainsi leur amitié sur ami particulier pour atténuer, oublier ou nier la mort d’un proche, souvent d’un parent.

Une fois encore, les films CinéJeunes proposent un panel éclectique du cinéma. L’art et essai et le grand spectacle; un célèbre cinéaste et des premiers films qui recouvrent trois continents différents sont les marques de cette diversité qui est la source même du cinéma. Car le cinéma ne se limite pas à des catégories préétablies, car son art se trouve partout où une caméra se pose, nous souhaitons partager avec vous et vos élèves cet amour pour des films aux multiples identités. Les films faciles d’accès et les films à la carrière plus confidentielle portent tous le désir de raconter une histoire au travers de cet outil passionnant qu’est le cinéma.

COLLEGE

Palmarès 2013-2014

VIVRE SA DIFFRERNCE

Dans cette galerie de personnages décalés, ce sont les films prenant un axe humoristique qui ont plu aux collégiens. Passant largement au-dessus de la V.O. qui pouvait être un obstacle pour certains adolescents, l’histoire fantasque de Boy se retrouve, belle surprise, en haut du palmarès

Non loin, l’univers sophistiqué des scouts de Moonrise Kindom a étonné la plupart des jeunes qui n’avaient jamais été confrontés à une telle esthétique.

Déjà habitués au genre de l’horreur, Frankenweenie n’a eu qu’un succès relatif. Trop doux ; pas assez effrayant, les adolescents n’ont pas été véritablement sensibles à cette relecture du film d’horreur et à ses multi-références.

Little Bird a choqué, ému, interrogé et indigné les jeunes. Si ce film poignant a trouvé un vrai écho et a permis des échanges riches, son score au palmarès ne rend pas justice à l’intérêt suscité par ce film.

CONTACT CinéJeunes Association
10, avenue des Méliettes 35135 CHANTEPIE
Téléphone : 06.02.69.96.37